Ma guerrière idéale

Ma guerrière idéale



Pour les Journées européennes de l'archéologie, Mouseîon a invité petits et grands à imaginer et représenter leur guerrière idéale. 


Cavalcade des guerrières  
La guerrière de Julia.
La guerrière de Julia. "Ma guerrière idéale ! Guerrière de l'arc-en-ciel, elle tisse le lien invisible entre la terre et le ciel et sait dissiper la rigidité des cœurs par un simple éclat de rire !"
Jeanne d'Arc vue par un enfant de 9 ans.
Jeanne d'Arc vue par un enfant de 9 ans.
Aliénor d'Aquitaine vue par Lilou, 8 ans.
Aliénor d'Aquitaine vue par Lilou, 8 ans.
La cousine de Minerve par Anna.
La cousine de Minerve par Anna.
La guerrière Epona, armée de son seul courage. Par Ève Maillard.
La guerrière Epona, armée de son seul courage. Par Ève Maillard.
Les amazones. Participation d'une maman et sa fille de 8 ans.
Les amazones. Participation d'une maman et sa fille de 8 ans.


La guerrière au combat  
La guerrière de Claire Porcher.
La guerrière de Claire Porcher. "Je vous envoie ma guerrière ! Elle est très déterminée et fâchée surtout qu’on lui fasse chanter des mantras idiots."
La guerrière d'Anaïs T.
La guerrière d'Anaïs T. "Voici ma petite guerrière idéale avec son arme favorite l'arc et les flèches qui part en expédition dans la forêt."
Vassena la guerrière.
Vassena la guerrière. "Costume :Vanessa Ferrand, réalisation : Bb; Modèle: Vanessa Ferrand; Accessoires, maquillage et prise de vue: Sylvie Pereira; Coiffure: Mélissa Camboulive; Post-production: Laurent Bauland; Conseil historique: Nathalie Del Socorro."
La guerrière idéale de Lohan - 6 ans.
La guerrière idéale de Lohan - 6 ans.
La guerrière idéale de Robin - 6 ans.
La guerrière idéale de Robin - 6 ans. "Merci beaucoup au Musée Camille Claudel pour cette superbe initiative !"
La série de guerrières de Naïma et un groupe enfants.
La série de guerrières de Naïma et un groupe enfants.
La guerrière de Nathalie.
La guerrière de Nathalie. "La première guerrière : Sineya s'attaque à un démon géant ! Qui sortira vainqueur ?"
La guerrière d'Adrien.
La guerrière d'Adrien. "Pyrrha la guerrière et son frère le Dieu Plokie"


La guerrière au repos  
La guerrière de Françoise.
La guerrière de Françoise. "Bonjour, voici Rêve de la guerrière au coin du feu inspiré d'une sculpture de Camille Claudel."
La Guerrière d'Aude.
La Guerrière d'Aude. "Bonjour Mouseîon, Voici mon dessin intitulé 'Le repos de la guerrière'. Après le combat la délivrance."
La guerrière de Mouseîon.
La guerrière de Mouseîon.


La guerrière séductrice  
La guerrière d'Agnès.
La guerrière d'Agnès."… c'est une redoutable séductrice et elle n'a rien à envier à la Minerve ! On murmure que tous les méchants se jettent à ses pieds sans qu'elle ait besoin d'user de ses armes … elle ne se déplace jamais sans ses fidèles acolytes..."
Ma guerrière idéale par Alice, 6 ans
Ma guerrière idéale par Alice, 6 ans
La guerrière de Lucia.
La guerrière de Lucia. "Bonjour, voici la guerrière de ma petite sœur ! - Adelina"
Les guerrières à plumes de Marinette et Hannae.
Les guerrières à plumes de Marinette et Hannae.
Les guerrières à plumes de Marinette et Hannae.
Les guerrières à plumes de Marinette et Hannae.


La guerrière victorieuse  
La guerrière d'Erika.
La guerrière d'Erika. "Avec ses rifloirs et de la terre, elle modèle une armée de géants qu'elle dirige avec courage et fierté!"
La guerrière (Jeanne d'Arc) de Charlotte et Robin
La guerrière (Jeanne d'Arc) de Charlotte et Robin
La guerrière de Louise - 5 ans
La guerrière de Louise - 5 ans
La guerrière de Melissa.
La guerrière de Melissa. "Voici ma petite sculpture de guerrière que j'ai nommée "Kalista à la merci"."
La guerrière de Christine Lambert.
La guerrière de Christine Lambert.
La guerrière de Marcello -13 ans.
La guerrière de Marcello -13 ans. "Merci beaucoup au Musée Camille Claudel pour cette superbe initiative !"


L'identité de la guerrière  
"Ragnarette" La guerrière viking de Margot.
"Pocahontas" La guerrière d'Elya - 9 ans
La guerrière de Christine.
La guerrière de Christine. "Je vous présente ma guerrière " Peut-être un autoportrait ? ............mais pacifique". "
La guerrière de Cécile.
La guerrière de Cécile. "La grand-mère de Minerve"
La main de la guerrière. Aurélien.
La main de la guerrière. Aurélien.
Les deux amazones d'Arthur et Sylvie.
Les deux amazones d'Arthur et Sylvie.
La guerrière d'Inès - 8 ans.
La guerrière d'Inès - 8 ans. "Maman la guerrière"
Jeanne d'Arc
Jeanne d'Arc "Pour votre collection de guerrières idéales, voici un modelage inspiré de la Jeanne d’Arc de Dubois. Réalisé en 2012 par un enfant de 10 ans Merci et bravo pour vos publications" - Natacha, Amis du Musée Camille Claudel
Série de guerrières par Naïma et un groupe d'enfants.
Série de guerrières par Naïma et un groupe d'enfants.


Inspirés par Jeanne d'Arc, Epona ou Minerve, petits et grands ont rivalisé d'imagination pour représenter leur guerrière idéale par le dessin, le modelage ou le costume. Merci à tous d'avoir partagé avec nous votre vision de la guerrière idéale!


...Et aussi, les écrits des poètes de l'Association du Tournefou sur un thème proche : le guerrier 
"Racine" par Claire TENTI
"Reddition" par Claire TENTI
"Combat" par Claire TENTI
"Le manège" par Patrick WATTEL
"Le manège" par Patrick WATTEL
"Le manège" par Patrick WATTEL
"Haïku" par Patrick WATTEL
"Jeanne D'Arc" par Patrick WATTEL
"Vanité" par Patrick WATTEL
"Vanité" par Patrick WATTEL

 

Loïe Fuller dansant dans salomé

Loïe Fuller dansant dans salomé Loïe Fuller dansant dans salomé

Loïe Fuller dansant dans salomé

1907 H. 46 cm • L. 27 cm • Pr. 17 cm Origine : Dépôt du musée des Arts décoratifs N° d'inventaire : Inv. 27975 Copyright : Les Arts décoratifs, Paris / Jean Tholance

Don de Louis Massignon et de sa sœur en souvenir de leur mère, 1931


Loïe Fuller était une danseuse américaine qui s’est produite à Paris dès 1892. Elle a renouvelé les arts de la scène par son utilisation de jeux de lumières et de voiles déployés dans l’espace grâce à deux baguettes qui prolongeaient ses bras. Proche du mouvement Art nouveau, la danseuse trouvait son inspiration dans la nature, ses mouvements et ses ondoiements.

Ses recherches de formes et volumes dans l’espace, les effets de couleurs, ont inspiré les peintres et les sculpteurs de son époque. Loïe Fuller dansant dans Salomé de Pierre Roche en témoigne. Le voile y envahit tout l’espace, s’approche de la danseuse, telle une vague. Le personnage, effrayé, recule son buste, s’éloignant ainsi du voile. Il est possible d’entrevoir ce qui semble tant épouvanter la jeune femme : Pierre Roche joue de l’informe de ce voile pour faire apparaître une tête que seul l’observateur attentif peut admirer.

Salomé est un épisode biblique des évangiles raconté par Marc et Matthieu. Hérode épouse Hérodiade, ancienne femme de son demi-frère Philippe. Jean le Baptiste réprouve ce mariage, provoquant alors la colère d’Hérodiade. Ainsi, lorsque sa fille Salomé danse devant le roi émerveillé qui lui promet alors tout ce qu’elle souhaite, Hérodiade pousse sa fille à demander la tête de Jean le Baptiste. Bien que contrarié, Hérode obtempère.

Cet épisode a largement séduit musiciens, écrivains, poètes de la fin du XIXe siècle et début XXe siècle, notamment pour son aspect orientaliste. Loïe Fuller a elle-même proposé deux spectacles différents de Salomé, en 1895 puis en 1907. C’est la tragédie de 1895, inspirée de la pièce d’Oscar Wilde qui est évoquée par Pierre Roche. Aux effets de lumière et de voile, le sculpteur répond par l’évanescence d’un visage dans le drapé, que l’on devine être celui de Jean le Baptiste.

 

 

 

Journées européennes de l'Archéologie

19, 20, 21 juin

Visites en ligne et atelier à la maison

Journées européennes de l'Archéologie
19, 20, 21 juin

Visites en ligne et atelier à la maison

À l'occasion des Journées européennes de l'Archéologie, portez un regard nouveau sur les œuvres des collections permanentes à travers une visite en ligne et un atelier à la maison ouvert à tous, petits et  grands.

 

SAMEDI 20 JUIN

Visite en ligne « De l'archéologie au XIXe siècle ».

Voyagez dans le temps en rapprochant vestiges archéologiques et sculptures du XIXe siècle. Saurez-vous reconnaître l’homme préhistorique sculpté selon la vision des artistes de l’époque ?

Découvrez toute la diversité des collections du musée Camille Claudel à travers deux podcasts diffusés tout au long de ces journées sur la chaîne du musée et les réseaux sociaux.

 

DIMANCHE 21 JUIN

Atelier créatif à la maison : « Ma guerrière idéale ».

Découvrez les guerrières qui peuplent les collections du musée Camille Claudel, que ce soit sur les vestiges archéologiques conservés en réserve ou dans les sculptures du XIXe siècle.

Après avoir fait la connaissance de Jeanne d’Arc, Épona et Minerve en vidéo, utilisez votre imagination pour modeler* ou dessiner votre guerrière idéale, la décrire en vers ou en prose ou raconter ses faits d'armes, voire l'incarner en vous costumant.

 

 

Mouseîon, notre mascotte, vous propose de télécharger les fiches suivantes pour vous inspirer :
Guerrières

 

Envoyez-nous toutes vos créations à l'adresse suivante : jeunepublic@museecamilleclaudel.fr ou postez-les en nous identifiant @museecamilleclaudel #Archeorama #JNArcheo #JEArcheo #museecamilleclaudel. Elles seront affichées sur notre site internet et les réseaux le 21 juin.

*Si vous souhaitez réaliser votre guerrière avec de l’argile, vous pouvez venir en chercher au musée du 16 au 21 juin. Il suffit d'envoyer votre demande à jeunepublic@museecamilleclaudel.fr en indiquant le nombre de participants et vos coordonnées avant de venir retirer l'argile à l'accueil du musée.

Informations pratiques

Lieu :

10 rue Gustave Flaubert

10400 Nogent-sur-Seine

Horaires & Tarifs :

Toute la journée

À la terre

À la terre À la terre À la terre

À la terre

Vers 1891 H. 190 cm • L. 213 cm • Pr. 136 cm Origine : Dépôt de la ville de Sainte-Savine N° d'inventaire : D2017.6.1 Copyright : Musée Camille Claudel


Au musée, la salle dédiée à la représentation des travailleurs atteste de l’intérêt des sculpteurs pour ce thème à la fin du XIXe siècle. C’est là que se trouve À la terre, sculpture en plâtre d’Alfred Boucher représentant un terrassier penché, concentré sur sa tâche, fixant la terre qu’il soulève avec une pelle au manche légèrement courbé.  Ces ouvriers étaient alors nombreux dans les rues pour participer aux travaux d’urbanisme.

Aucun visiteur ne reste indifférent à cette sculpture imposante par sa taille. Le corps de ce travailleur impressionne les enfants qui avancent les hypothèses les plus saugrenues pour expliquer son étonnante nudité. Mais non, l’homme n’est pas pauvre, il n’a pas trop chaud et les habits existaient bien à cette époque ! Alfred Boucher a choisi le nu afin de mettre en avant la musculature  de ce corps. Les veines saillantes attirent l’attention sur l’effort fourni. D’autres détails accentuent cette robustesse : le visage hiératique ne trahit pas l’effort et semble montrer que rien ne détournera l’homme de sa besogne, l’arrière des genoux ainsi que les mollets sont frappants de précision. Le sculpteur rend ainsi hommage à l’ensemble des travailleurs, tout en montrant sa parfaite maîtrise de l’anatomie acquise à l’école des beaux-arts de Paris.

À la terre a été exposé au Salon des artistes français de 1891, remportant alors une médaille d’honneur et bénéficiant de critiques pour la plupart élogieuses. Ce succès valut à la sculpture une édition en bronze un peu différente : destinée aux intérieurs bourgeois, une ceinture cache pudiquement les parties intimes du terrassier. Le tronc, destiné à renforcer la sculpture en plâtre, est absent de cette édition.

Alfred Boucher a réutilisé la figure du terrassier pour un bas-relief destiné au piédestal du monument en hommage à Eugène Flachat. Torse nu, l’ouvrier est alors plus crédible en pantalon et sabots pour témoigner de son rôle indissociable de celui de l’ingénieur.

 

Souris et escargot

Souris et escargot Souris et escargot Souris et escargot

Souris et escargot

1897 H. 6,4 cm • L. 25,6 cm • Pr. 5,2 cm Origine : Dépôt de la Manufacture de Sèvres,1902 N° d'inventaire : D1902.232 Copyright : musée Camille Claudel / Yves Bourel


Souris et escargot est emblématique de toute une partie de la sculpture d’édition, représentant des sujets anecdotiques et charmants, de petite taille, faciles à exposer dans les intérieurs bourgeois richement décorés de la fin du XIXe siècle. L’édition consiste à reproduire en série une œuvre originale, souvent dans des dimensions et des matériaux variés. Elle est à la croisée de l’art et de l’industrie.

La sculpture animalière connaît un grand succès au XIXe siècle, d’abord avec le Romantisme, puis le Réalisme. Georges Gardet s’inscrit dans cette tradition, à la suite de son maître Emmanuel Fremiet. Il réalise notamment de nombreuses compositions de grande taille mettant en scène des animaux sauvages pour orner des parcs ou des monuments. Beaucoup sont par la suite édités en bronze et en réduction. Ici, Gardet conçoit directement une sculpture destinée à l’édition, avec un thème et une taille adaptés. Les sculptures en biscuit de porcelaine de Sèvres connaissent un grand succès pour leur raffinement et leur blancheur parfaite. Le biscuit est une porcelaine cuite sans glaçure ; il garde donc son aspect mat, qui plait particulièrement à cette époque. Grâce à son coût modéré, le biscuit permet de diffuser largement ces sculptures.

La Bourrasque

La Bourrasque La Bourrasque La Bourrasque La Bourrasque La Bourrasque

La Bourrasque

Entre 1880 et 1890 H. 89 cm • L. 50 cm • Pr. 36 cm Origine : Achat avec la participation du FRAM Champagne-Ardenne en 1998 N° d'inventaire : 1998.1 Copyright : musée Camille Claudel / Yves Bourel

Bronze d'édition en une grandeur. Fonte Siot-Decauville


La Bourrasque d’Alfred Boucher s’inscrit dans une série d’œuvres à caractère anecdotique. L’artiste puise son inspiration dans la représentation de scènes de la vie quotidienne lui permettant de produire des œuvres d'inspiration sociale pour glorifier le monde rural, dont il est issu. Celle-ci donne à voir un couple de moissonneurs, identifiable à la faux portée par l’homme, qui rentre se mettre à l’abri d’une tempête qui approche.

Boucher adopte une vision idéalisée du monde rural, très loin des représentations plus sociales que l’on retrouve par exemple chez son confrère Ernest Nivet. Ses ouvriers agricoles sont jeunes, beaux et sains. En témoigne le corps vigoureux et musclé de l’homme que l’on aperçoit par l’ouverture de la chemise aux manches relevées et à travers le pantalon plaqué contre les jambes sous l’effet du vent.

Le sculpteur fait preuve ici d’habileté technique dans la représentation naturaliste et attentive du mouvement. Le vent, élément invisible, vient s’engouffrer dans les plis de la chemise de l’homme et dans les jupons de la femme. Sa force s’exprime dans la posture de la femme qui semble lutter contre les éléments déchaînés. D’un geste protecteur, l’homme tient sa compagne par l’épaule. L’artiste porte une attention particulière au mouvement vif de la course, accentué par l’expression des visages. Loin d’être passifs, ceux-ci montrent l’angoisse de voir le travail de la saison réduit à néant.

Esquisse pour le monument à Jeanne d'Arc

Esquisse pour le monument à Jeanne d'Arc Esquisse pour le monument à Jeanne d'Arc Esquisse pour le monument à Jeanne d'Arc

Esquisse pour le monument à Jeanne d'Arc

Avant 1889 H. 40 cm • L. 39 cm • Pr. 15 cm Origine : Acquisition en 2019 avec le soutien de la Direction régionale des affaires culturelles du Grand Est et de la région Grand Est, des Amis du musée Camille Claudel et de Jean-Eudes Maccagno N° d'inventaire : 2019.2.1 Copyright : Galerie Mathieu Néouze


Statue équestre de Jeanne d'Arc

Statue équestre de Jeanne d'Arc Statue équestre de Jeanne d'Arc

Statue équestre de Jeanne d'Arc

Avant 1895 H. 346 cm • L. 329 cm • Pr. 135 cm Origine : Don de Paul Dubois N° d'inventaire : 1902.363 Copyright : musée Camille Claudel / Marco Illuminati


Au XIXe siècle, des statues de Jeanne d’Arc sont érigées sur de nombreuses places publiques françaises. Conscient de cet enjeu, Paul Dubois a déjà élaboré un projet de statue équestre de l’héroïne lorraine lorsque l’Académie de Reims lui commande le monument, en 1885. Le sculpteur combine deux registres iconographiques pour la représentation de Jeanne : la guerrière en armure prête au combat, l’épée levée, mais également l’inspirée, les yeux tournés vers le ciel.

Pour élaborer son œuvre, Paul Dubois exécute un très grand nombre d’études. Il étudie l’anatomie du cheval et ses différentes allures, ce qui lui permet de les synthétiser dans sa sculpture. Pour la représentation de l’armure, il mène des recherches poussées dans des livres anciens mais aussi dans les musées de toute l’Europe, afin d’être au plus proche de la vérité historique. Des carnets de croquis, des études de têtes de Jeanne d’Arc en plâtre ainsi que neuf maquettes du groupe en cire dont une conservée par le musée Camille Claudel, témoignent de ce long travail préparatoire.

Le modèle en plâtre du monument est présenté au Salon de 1889 et offert à la ville de Nogent-sur-Seine lors de la création du musée municipal, en 1902. Il en existe quatre exemplaires en bronze : le premier inauguré en 1896 par le Président Félix Faure sur le parvis de la cathédrale de Reims, ceux de la place Saint-Augustin à Paris et du parvis de l’église Saint-Maurice à Strasbourg et un quatrième, légèrement plus petit, au Meridian Hill Park de Washington. Fort du succès de l’œuvre auprès du grand public, Paul Dubois obtient un contrat d’une durée de vingt ans avec le fondeur Barbedienne pour son édition en trois grandeurs (99, 75 et 56 cm).

Ève naissante

Ève naissante Ève naissante

Ève naissante

1873 H. 181 cm • L. 56 cm • Pr. 56 cm Origine : Don de monsieur Dubois fils en 1910 N° d'inventaire : 1910.26 Copyright : musée Camille Claudel / Marco Illuminati


Cette œuvre en plâtre grandeur nature, réalisée par Paul Dubois en 1873, s’intitule Ève naissante.  Elle est issue d’un long travail préparatoire : les carnets de croquis présentent des dizaines d’esquisses, où le sculpteur varie les postures, présentant Ève tantôt pudique, se cachant avec ses bras, tantôt tentatrice. Les croquis du modèle vu de tous les côtés révèlent la rigueur de Dubois, qui passe ensuite à des études en cire avant d’arriver au modèle définitif.

Dubois fait le choix de présenter Ève non pas au moment du péché originel mais juste après sa création. Il montre donc Ève totalement innocente. La posture reprend celle de La Naissance de Vénus de Botticelli et des Vénus de Lucas Cranach, indiquant la principale source d’inspiration de Paul Dubois : la Renaissance, florentine et allemande. Les formes du corps se rapprochent aussi du canon féminin de l’école de Fontainebleau qui domine l'art français dans les années 1530-1610 : hanches larges et épanouies, poitrine menue et haut placée. Le contrapposto à l’antique, c’est-à-dire l’inclinaison marquée des hanches et des épaules, donne vie au corps de la jeune femme.

Paul Dubois s'inscrit dans les recherches contemporaines sur le corps féminin, abordées par les artistes à travers des sujets mythologiques, allégoriques, ou plus rarement, comme ici, bibliques. Elles donnent lieu à de nombreux débats entre les partisans d'une beauté idéale, inspirée de l'Antique ou de la Renaissance, et les partisans du réalisme, cherchant à montrer de « vraies » femmes ou de nouveaux canons de beauté.

 

Pointes à retouches bifaciales

Pointes à retouches bifaciales Pointes à retouches bifaciales

Pointes à retouches bifaciales

Entre 6000 et 2200 avant notre ère Origine : Prospections pédestres à Fouchères N° d'inventaire : 2013.0.02.39 Copyright : Musée Camille Claudel


Cet ensemble de 25 silex taillés provient d’un site localisé aux abords de Fouchères, hameau de la commune de Chalautre-la-Grande. Plusieurs centaines de pièces ont été recueillies dans une vaste zone à la frontière de l’Aube et de la Seine-et-Marne (Louan, Courtioux, Fouchères, Resson, Puits Jolly et Liours) dans les années soixante par le Groupe archéologique du Nogentais. Cette zone aurait été particulièrement riche en silex, favorisant ainsi une production soutenue au cours du Néolithique (-6000/-2200).

Ces silex de petites dimensions (7cm de long pour les plus grands) présentent des retouches bifaciales, c’est-à-dire qu’ils ont été taillés sur leurs deux faces alternativement, de manière à obtenir un ou plusieurs côtés tranchants. Les retouches de ce type sont quelquefois interprétées comme la manifestation d’une recherche esthétique par certains préhistoriens. En effet, un tel degré de précision n’était pas nécessaire d’un point de vue fonctionnel. Ces petits objets étaient probablement des outils mais leur fonction précise reste difficile à déterminer.

Il est intéressant de noter que certaines pièces rappellent les bifaces du Moustérien (-350 000/-35 000) par leur forme en amande. En effet, le site de Fouchères a aussi livré des vestiges datant de cette période, ce qui prouve l’utilisation de ce gisement sur le temps long.